Actualité

Afrique de l’Ouest: 500 victimes de traite secourues (Interpol)

Plus de 500 victimes de traite des être humains, dont près de la moitié sont des mineurs, ont été secourus et 40 trafiquants présumés arrêtés lors d’une vaste opération de police dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, a annoncé Interpol jeudi.

L’opération Epervier, menée simultanément au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal entre le 6 et le 10 novembre, a permis l’arrestation de 40 trafiquants présumés qui seront poursuivis pour « traite d’êtres humains », « travail forcé » et « exploitation d’enfants ».

« Ils sont accusés d’avoir forcé les victimes à s’adonner à des activités allant de la mendicité à la prostitution », explique Interpol sans préciser si la majorité était destinée à rester sur le sol africain ou à partir en Europe.

Ainsi, une Nigériane de 16 ans qui s’était vu promettre un travail au Mali pour pouvoir envoyer de l’argent à sa famille, a été forcée à se prostituer par son « parrain » pour rembourser ses frais de voyage.

Autre exemple cité par Interpol: un jeune de 15 ans destiné au travail forcé était sur le point d’être vendu par des trafiquants, mais « a pû être intercepté avant la fin de la transaction ».

L’opération Epervier a été conduite dans le cadre du projet Sahel, une initiative financée par le ministère allemand des Affaires étrangères contre les réseaux de crime organisé impliqués dans la traite des êtres humains.

Elle a été coordonnée au niveau régional par des officiers d’Interpol à travers toute l’Afrique de l’Ouest, du Cameroun et du siège de l’organisation à Lyon (France).

« En plus des arrestations, cette opération a permis d’ouvrir un certain nombre d’enquêtes afin de perturber encore davantage les réseaux criminels impliqués dans la traite des êtres humains (…) », a déclaré Yoro Traoré, un inspecteur d’Interpol basé à Bamako.

La lutte contre la traite des êtres humains ces dernières années s’est surtout focalisée sur les Africains de l’Ouest – la plupart des migrants sans papiers – qui tentaient d’atteindre l’Europe en traversant la Méditerranée.

Mais les organisations criminelles organisent également des trafics d’êtres humains au sein du continent africain, profitant de la pauvreté généralisée et de la facilité à voyager grâce aux frontières poreuses et à l’existence d’un passeport commun de la communauté régionale ouest-africaine Cédéao.

Source: AFP

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top