Actualité

Santé – Ebola: Yomou fait 5 mois sans notifier de nouveaux cas

La coordination nationale de lutte contre Ebola, lors de sa traditionnelle réunion statutaire de Vendredi note que la maladie reste active dans les zones de Conakry, Dubréka et Forécariah.

Le coordinateur, Dr Sakoba Kéita pointe du doigt le refus des communautés de se plier aux principes établis dans le cadre des enterrements sécurisés des personnes décédées.
Le fait il demeure encore à Conakry et environs. Malgré les interpellations et condamnations semaine dernière à Forécariah, les citoyens se montrent de plus en plus hostiles aux cris de cœur des autorités notamment de la coordination nationale de riposte à Ebola et des institutions sanitaires c’est-à-dire l’information des agents de santé sur la présence dans leurs domiciles des malades et des enterrements sécurisés. Aujourd’hui, c’est un comportement que regrette Dr Sakoba Keita en dépit des dispositions prises en connivence avec les services de sécurité.  
« On a constaté que notre décision d’interdiction de transfèrement des corps d’une localité à une autre n’est pas respecté. Hier (Jeudi 19 février 2015) même à Dubréka, quelqu’un qui est décédé et dont le corps a été transporté jusqu’à N’Zérékoré »
Un cas regrettable et dernier en date, c’est le transfert récemment d’un corps mort d’Ebola vers la Guinée forestière. Mais à ce niveau le coordinateur salue la vigilance des populations de Yomou.
« La population de Yomou a été très vigilante. Les gens ont intercepté un corps et ils ont exigé un enterrement sécurisé afin qu’Ebola ne vienne plus à Yomou parce que ça fait déjà 5 mois que cette préfecture n’a pas connu Ebola. Donc nous avons salué cette attitude ».
Au terme de cette rencontre de ce vendredi 20 février, la coordination nationale de lutte contre Ebola déplore de nouveaux cas positifs.
« Aujourd’hui nous avons constaté que ya eu 5 nouveaux cas qui ont été enregistrés hier (Jeudi 19 février 2015) et on contraire à avant-hier (Mercredi 18 février) y’ avait 2 cas. Près de 44% de nos cas de décès ont eu attrapé cette maladie lors des cérémonies funèbres et une part importante aussi est due à une contamination suite à la réception de personnes étrangères dans les familles » a conclu le Dr Sakoba Kéita.

Alpha DIALLO
00224 662 271 564

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top