Actualité

Acteurs du devoir citoyen : Mamou abrite la formation de 80 jeunes bénévoles venus des 40 communes de convergence de la Guinée. 

Le Ministère de l’Administration du Territoire  et de la Décentralisation et le Ministère de la Jeunesse en partenariat avec l’Unicef organisent une formation de 80 jeunes bénévoles venus des 40 communes de convergence situées dans 23 préfectures de la Guinée, répartis dans sept (7) Régions Administratives (RA) de Boké, Kindia, Faranah, Kankan, Nzérékoré, Mamou et Labé, a appris votre quotidien en ligne echosdeguinee.net du correspondant préfectoral de l’AGP.

L’École Nationale des Eaux et Forêts (ENATEF)  de Mamou sert de cadre à cette formation sur « Les acteurs du devoir citoyens » qui se déroule du 1er avril et devant se poursuivre jusqu’au 14 de ce mois, soit pour une durée de 14 jours. Un emploi du temps est établi pour les jeunes qui sont suivis par le Ministère de la Jeunesse, le Ministère de la Décentralisation à travers le PNACC (Programme National d’Appui aux Communes de Convergence), les partenaires qui sont l’Unicef représenté dans la région par le bureau de Labé et les Scouts de Guinée.
Prenant la parole, Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune a salué le dynamisme des jeunes venant des 4 régions naturelles du pays et a dit que cette activité vient à point nommé pour outiller les jeunes dans le domaine de la citoyenneté et du développement.
« Au lieu d’être le futur de la Guinée, les jeunes doivent l’être le présent. Cette préparation doit, d’abord, être la formation car qui parle d’emploi parle de formation. C’est donc en cela que le premier ministre chef du gouvernement, sur instruction et orientation du chef de l’État, le professeur Alpha Condé,  a donné des instructions fermes à notre endroit de renforcer les capacités des jeunes afin de faire d’eux, des acteurs pour le développement de la Guinée, puisqu’un jeune bien formé trouve ses opportunités d’insertion mais aussi devient utile à la société » a déclaré le ministre Mouctar Diallo.
Selon Mohamed Bangoura, directeur national de la Jeunesse et des Activités Sociaux Educatives  au Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune l’initiative vient du Ministère de la Décentralisation avec le Programme National d’Appui aux Communes de Convergence (PNACC), une initiative qui selon lui est née avec les partenaires d’appui qui sont l’UNICEF qui a proposé un programme de formation pour une expérimentation sur cent (100) jeunes identifiés à partir de leur milieu en forme de bénévolat dans les communes rurales.
« Tout d’abord c’est au cours des mois de février et mars qu’il y’a eu appel à candidature. Plus de 300 jeunes ont postulé sur des critères de sélection qui  ont été  faite et  80 jeunes ont été retenus sur ceux qui ont répondu suite aux annonces aux seins des préfectures. Les premiers critères souhaitaient que 30% des jeunes soient des filles diplômées qui ont le niveau nécessaire  pour aller accompagner le programme des communautés à la base, c’est-à-dire, les élus locaux dans le milieu communautaire, assister une sorte d’administration locale. Ils vont appuyer, accompagner en conseils et servir à beaucoup de choses à travers les activités des communautés » a-t-il expliqué.
Parlant des objectifs, il dit saisir l’opportunité des jeunes pour les occuper, les responsabiliser afin de les mettre en valeur pour qu’ils s’approprient des compétences  nécessaires en vue de se prendre en charge dans le futur.
Des participants rencontrés parlent de l’intérêt de cette formation et dégagent le rôle qu’ils pourront jouer aux seins des communes de convergence du pays.
Ainsi, Alpha Oumar N’yakasso affecté à la commune de convergence de Kollet, dans la préfecture de  Tougué  indique que son intérêt à cette formation  c’est qu’elle contribue à un sur plus dans son CV avec la remise  d’attestations à la fin de la formation et ça lui permettra aussi de s’adapter au sein de tout milieu.
Interrogé sur le rôle qu’il va jouer dans sa commune au cours de prochains mois, il dit que c’est d’aider la collectivité de convergence à aller de l’avant, contribuer à son développement en aidant les élus locaux à faire leur travail. En plus, participer de façon active à la réalisation de toutes les activités avec les partenaires comme l’Unicef. Aider à la vaccination des enfants, des femmes enceintes et à la production d’extrait d’acte de naissance.
Djomady keita de la commune rurale de Balaki, dans la préfecture de Mali, parle de beaucoup d’intérêts par rapport à cette formation dont entre autre la formation elle-même suivit des attestations qui seront délivrées pour les bénéficiaires.
Concernant son rôle sur le terrain, qu’elle va assister le maire avec ses conseillers pour le développement de sa commune rurale sur le plan environnemental, éducatif et sanitaire.
Baldé Idrissa de la commune rurale de Fello Koundouwa, dans la préfecture de Tougué dit que premièrement, il sera informé, la performance sera rehaussée pour le développement de la commune dans laquelle il sera envoyé. Et son rôle sur le terrain sera de participer au développement de la commune de convergence. Participer activement aux activités des communautés sur les domaines suivantes: l’éducation, la santé et l’assainissement de l’environnement.
Maïmouna Camara de la commune rurale de Dara Labé, dans la préfecture de Labé, la dernière à intervenir a commencé tout d’abord par saluer et remercier les initiateurs de cette formation qui selon elle, veulent les aider à sortir de la pauvreté.
Parlant de son rôle sur le terrain, elle affirme qu’elle sera prêt du maire pour l’écouter, écouter les citoyens de la commune rurale et être un exemple pour la communauté afin de les aider à s’épanouir d’avantages.
Les 80 jeunes qui sont en formation seront évalués le 14 Avril 2019, jour de clôture.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top