Actualité

Arrestation d’un chef de district à Samoé : la population demande le départ du substitut du procureur de N’zérékoré

Plusieurs citoyens de Niampara, relevant de la commune rurale de Samoé, dans la préfecture de N’zérékoré, en Guinée Forestière ont marché sur le Tribunal de Première Instance, dans la matinée du lundi, 23 juillet 2018, pour exiger la libération immédiate du président de leur district, Éli Penso et demander le départ du substitut du procureur de la localité, Mamadouba Sankhon, rapporte une correspondante de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net dans la région.

Très tôt dans la matinée du lundi, 23 juillet 2018, des habitants du district de Niampara, relevant de la commune rurale de Samoé ont prit d’assaut le Tribunal de Première Instance de N’zérékoré pour exiger la libération immédiate de leur président du district, Éli Penso et le départ du substitut du procureur, Mamadouba Sankhon qu’ils accusent d’être complice dans cette affaire.
Cette manifestation fait suite à une histoire de terrain qui date de quelques années. Il semble que l’ancien président de ce district, Amerigo aurait vendu un terrain à sa sœur. Éli Penso arrivée à la tête dudit district aurait ordonné à cette dame de quitter les lieux pour construire un terrain de football.
Saisies du dossier, les autorités judiciaires ont procédé à l’arrestation du nouveau président du district, Éli Penso pour abus de pouvoir.
Informées, les femmes sont massivement sorties à moitié nues ce lundi pour réclamer la libéralisation de leur président : « une district ne peut pas rester sans président » scandaient-elles.
Malgré l’intervention des autorités locales, notamment le président de la délégation spéciale de la commune urbaine de N’zérékoré, Pé Mamadi Bamy, les manifestantes ont exigé de rentrer avec leur président.
Pour Maître Michel, avocat à la Cour, « cette démarche est contraire à la loi, car la population de Niampara ne devrait pas assiégée le tribunal.»
Poursuivant son intervention, il a souligné que les autorités judiciaires n’allaient jamais prendre la responsabilité sur elles de placer Eli Penso en garde à vue si elles n’avaient pas été saisies d’une plainte.
En attendant, le président du district de ladite localité reste à la disposition des autorités judiciaires. Nous y reviendrons.
Depuis N’zérékoré, Makan Soumaoro pour echosdeguinee.net

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top