Actualité

Assassinat de l’ambulancier à Labé : La Section OGDH dénonce un crime contre l’humanité

Le président de la Section Régionale de l’Organisation Guinéenne de défense des Droits de l’Homme et du Citoyen (OGDH), Idrissa Sampiring Diallo, membre du bureau exécutif national de l’ONG assimile l’assassinat de l’ambulancier de l’hôpital régional de Labé, Maître Diouma, survenu la semaine dernière, à un crime contre l’humanité avant de juger confuse la réquisition de l’armée par le gouverneur de région confuse.

Al Habib BAH FNDC

Après les violences survenues à Labé, qui ont fait 5 morts dont l’ambulancier de l’hôpital régional et des dégâts matériels importants en 10 jours, l’heure est aux réactions des organisations des droits humains.
« Par principe, l’Organisation Guinéenne de défense des Droits de l’Homme condamne les violences d’où qu’elles viennent. Nous regrettons ce qui s’est passé, comme vous l’avez dit, dans la ville de Labé. L’heure est au monitoring des violations des droits humains à travers la ville, à travers la région et même au niveau du pays, parce qu’on a enregistré des cas, un peu partout à travers le pays » explique Idrissa Sampiring Diallo, président de la Section OGDH de Labé.
La ville de Labé a vécue l’horreur ces derniers jours. Les condamnations et les indignations continuent dans les rangs du FNDC. C’est à son lieu de sport habituel que le coordinateur régional du mouvement, Al Habib Bah, a répondu à notre sollicitation.
« C’est Madifing Diané qui avait dit qu’il va prendre ses responsabilités en demandant aux forces de l’ordre de venir sévir, parce qu’il faut dire les choses comme ça, sur les populations de Labé. C’est ce qu’il a fait. Fort malheureusement, aujourd’hui, on a enregistré un très lourd tribut. On a eu des pertes en vies humaines, des exactions un peu partout dans la ville. C’est le moment de rappeler vraiment à l’armée qu’elle est à la base de la non démocratisation de la Guinée.»
Chez les représentants de l’OGDH, tous les cas de morts sont des crimes, mais celui de l’ambulancier relève des crimes contre l’humanité, au regard des textes. Ils trouvent même la réquisition de l’armée par le gouverneur confuse.
« L’assassinat de l’ambulancier peut être assimilé à un crime contre l’humanité. Etant entendu que notre pays a ratifié le texte relatif au droit international humanitaire qui stipule que les lieux de culte et les structures de santé et leurs accessoires comme le personnel de santé, les ambulances ne peuvent être objets d’attaques de la part des forces armées. Ce qui s’est passé à Labé viole pratiquement cette loi internationale. Par rapport à la réquisition de l’armée, au regard de la nouvelle loi sur le maintien de l’ordre publique, ce sont seulement deux personnes qui sont habilitées à le faire en République de Guinée. Ce sont le président de la République et le ministre de l’Administration du Territoire. Vous n’êtes pas sans savoir que l’armée n’a pas pratiquement les armes conventionnelles pour le maintien de l’ordre public » précise Idrissa Sampiring Diallo.
Sollicité à plusieurs reprises, le gouverneur de région, Madifing Diané a préféré à une prochaine fois.

Espace TV

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top