Actualité

Cherté du mouton à N’zérékoré : une fête dans des conditions difficiles et pénibles

Les fidèles musulmans de N’zérékoré ont célébré la fête de l’Aïd-El-Kébir ou fête de tabaski dans des conditions difficiles et pénibles, en raison de la cherté du mouton avec les vendeurs de bétail, rapporte une correspondante de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net dans la région.

Plusieurs personnes ont trouvé difficilement un mouton ou un bœuf au marché de bétail de N’zérékoré ou les prix jugés chers se négociaient entre 1.500.000 et 2.000.000 de francs guinéens, la veille de la fête de tabaski 2018.
Cette flambée a vivement été déplorée par certains citoyens de la commune urbaine de N’zérékoré comme Mamadi Condé rencontré par la correspondante de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net dans l’ambiance de la fête.
« J’ai rencontré des difficultés à me procurer d’un mouton parce que le prix a flambée de façon exorbitante » a-t-il regretté.
« C’est parce que le gouvernement ne s’intéresse pas au secteur de l’élevage, pourtant il promis de créer toutes les conditions pour soutenir ce secteur» a fait remarqué Mamadou Bhoye qui poursuit que « les gens avaient la volonté mais les moyens ont manqué et c’est ce qui se répercute sur notre marché car nous dépendons des autres pays voisins.»
Quant à la vache, elle s’est négociée entre 5 à 8 millions de nos francs, à quelques jours de la fête qui, malgré tout, a été belle dans la région forestière.

Depuis N’zérékoré, Makan Soumaoro pour echosdeguinee.net

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top