Actualité

CPI : la Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale célèbre les 20 ans du statut de Rome

La coalition guinéenne pour la cour pénale internationale (CGCPI) a lancé, mardi 17 juillet 2018, les activités de célébrations du 20ème anniversaire de l’adoption du statut de Rome portant création de la CPI à travers une conférence à la Maison de la presse. Le crime d’agression, nouveau domaine de compétence de la CPI était au centre des débats.

Auparavant, elle n’avait des compétences que sur les crimes de guerre, de génocide  et crime contre l’humanité. Aujourd’hui, elle en a quatre se réjouit Hamidou Barry avocat et membre de la Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale. «Le crime d’agression a été adopté le 11 juin 2010 à Kampala, il fallait 30 Etats, au moment où je vous parle, nous sommes à 36 Etats parties. Cette semaine, les Etats Parties vont formaliser pour que le crime d’agression soit jugé devant la cour pénale internationale. Donc la CPI aura désormais quatre compétence », a déclaré l’avocat.

Selon la coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale, la CPI est de nous jours un élément indispensable pour l’humanité. Car elle permet de combler les vides que pourraient laisser les juridictions nationales. « C’est la première fois que l’humanité a eu une juridiction pénale internationale permanente. Et nous entendons mener plusieurs activités dans ce cadre comme l’a recommandé le président de la Cour jusqu’au 31 décembre 2018. Nous allons organiser des conférences dans les différentes écoles afin de sensibiliser les jeunes mais aussi organiser des formations en faveur des journalistes par exemple ».

Maître Hamidou Barry est conscient que le travail effectué par la CPI n’est pas parfait mais, il demande à la population de ne pas stigmatiser la CPI. « C’est un bijou de l’humanité, comme vous le constatez, depuis les deux guerres mondiales, c’est la première fois qu’on a une juridiction pénale internationale permanente ».

Par ailleurs, la coalition guinéenne pour la cour pénale internationale est aussi à pied d’œuvre pour que justice soit rendue dans l’affaire du massacre du 28 septembre.

Ces activités lancées ce mardi vont se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2018 à Conakry et en régions.

Mamadou Bhoye Bah

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top