Actualité

Décès de Hadja Aïssatou Sira Baldé: voici le témoignage du doyen Ibrahima Caba Bah

La première romancière de Guinée, Hadja Aïssatou Sira Baldé est décédée lundi, 09 juillet 2018, à Conakry, des suites d’une courte maladie. Elle avait à son actif un roman intitulé « D’un Foutah Djallon à l’autre », a appris votre quotidien en ligne echosdeguinee.net d’une source proche de sa famille.

Doyen Elhadj Ibrahima Caba Bah

Aïssatou Sira Baldé est la fille aînée d’Elhadj Chaïkou, lui même écrivain, sociologue et enseignant. Née dans la sous préfecture de Diari, relevant de la préfecture de Labé, en 1929, elle a commencé à suivre les cours auprès de son père sans pour autant être officiellement inscrite.
Diplômée de Rufisque où elle s’est fait remarquer, « c’est là-bas qu’elle a eu l’idée d’écrire » d’après son frère aîné Elhadj Mountagha Baldé. Elle est partie par la suite s’installer en France, après que ses frères aient été arrêtés en marge du complot des enseignants en 1962. Sage-femme de profession, elle a parallèlement embrassé le métier d’écrivaine en publiant un Roman intitulé « D’un Foutah Djallon à l’autre ».
Selon son cousin, Elhadj Ibrahima Caba Bah, à chaque vacance, elle se rendait à Yenguelein dans Diari, à l’embouchure des deux fleuves Saala et Kassa.
« La localité se trouve au-dessus de la montagne d’où on peut observer le beau paysage. C’est ce qui lui a donné l’idée d’écrire sur le Foutah » raconte son cousin en poursuivant qu’elle lui a confié à son retour de la France qu’elle voulait en faire 12 volumes, mais c’est le premier seulement qu’elle a réussi à publier.
Aïssatou Sira Baldé sera inhumé ce vendredi, 13 juillet 2018, à Labé.
De Labé, Mamadou Kossa Sow pour echosdeguinee.net

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top