Actualité

Échauffourée à Labé: descentes musclées des services de sécurité au quartier général des syndicats

Les services de sécurité de Labé ont dispersé, ce mercredi, une réunion des élus syndicaux de la CNTG et de l’USTG chargés de la coordination du mouvement de grève générale et illimitée déclenchée depuis le lundi, 23 juillet 2018 sur toute l’étendue du territoire national, rapporte un correspondant de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net dans la préfecture.

Une mission des centrales syndicales ayant déclenché un mouvement de grève générale et illimitée depuis le lundi, 23 juillet 2018, sur toute l’étendu du territoire national est sortie ce mercredi, 26 juillet 2018, faire le tour du marché central pour obliger ceux qui veulent se désolidariser du mot d’ordre, barricadant ainsi certaines parties de l’axe Hoggo M’Bouro-marché central.
A 12 heures, la Compagnie Mobile d’Intervention Spéciale a fait irruption sur les lieux pour libérer la chaussée. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Un affrontement a éclaté donc entre forces de l’ordre et manifestants. Jets de pierres contre tires de gaz lacrymogène. Cet échange a duré pendant plus de trente minutes.
Même que le QG des centrales syndicales n’a pas été épargné par les troupes armées. A l’intérieur du Lycée Hoggo M’Bouro, plusieurs tubes de gaz vides étaient visibles. A en croire le porte parole des centrales syndicales, Elhadj Lamine Sangaré, cinq de leurs y compris lui ont été asphyxiés.
« Plus de cinq personnes ont été également arrêtés » expliquent les grévistes. Après que les deux pick-up de la CMIS aient pris ka tangente, de l’huile a été versée sur la chaussée et des pneus brûlés.
Saisi de la question aux environs de 13h30, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de Labé, Lanciné Sangaré a déclaré ne pas être au courant des violences signalées. Poursuivant, ce commis de l’Etat ajoute qu’il n’est pas habilité à faire une réquisition.
Au même moment, le gouverneur Sadou Keïta était en entretien avec les responsables des services de sécurité. A 14heures, c’est un camion de gendarmes qui s’est rendu à son tour sur les lieux. Ils se sont entretenus avec quelques agents des syndicats se trouvant dehors. Il y avait pas eu de tire en ce moment, malgré les quelques coups encaissés par les gendarmes. L’on apprend que dans la soirée, les affrontements avaient repris et des engins roulant ont été détruits et d’autres emportés par les services de sécurité.
Mamadou Kossa Sow pour echosdeguinee.net

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top