Actualité

Echos des Régions – Koubia :  »Nous sommes obligé de charger mon véhicule de bidons remplis d’eau pour envoyer à la résidence » dixit le Préfet

Koubia, l’une des 5 préfectures de la Région de Labé,  affiche une image d’une ville oublié où les infrastructures de base (route, eau, électricité…) sont presque inexistantes.

Votre quotidien a posé ses valises dans cette localité et vous propose en série, la réalité que vivent les populations de Koubia.

Acte 1 : L’eau

Nous sommes en 2015, la préfecture de Koubia, ville situé à une soixantaine de kilomètres de Labé et plus de 500 km de la capitale Conakry,  souffre d’un manque criards d’une denrée vitale : l’eau.
Dans cette préfecture de la moyenne guinée, autorités locales et populations se demandent à quel saint se vouer  et les plaintes surgissent de toute part.
Le préfet Amadou saliou Diallo témoigne « … c’est un problème énorme pour avoir de l’eau ici. Vous le voyez par exemple, moi c’est mon véhicule que nous sommes obligé de charger  de bidons remplis d’eau pour envoyer à la résidence. Nous sommes en montagne ils ont tout fait pour pouvoir faire une adduction à notre niveau, mais en vain, ils n’ont pas pu avoir de l’eau. C’est n’est qu’en bas au niveau du marché qu’ils ont pu faire un puit amélioré. C’est vraiment difficile, il n’y a pas de solution trouvé pour le moment. Quand il y’aura une adduction d’eau a koubia ça sera vraiment la solution ».


En cette période d’Ebola, le besoin d’eau est encore plus aigu. Au lycée de koubia le seul d’ailleurs dans cette préfecture, ce manque d’eau est un problème crucial surtout avec le remplissage tous les jours des kits sanitaires installés sur la devanture de toutes les salles de classes afin de prévenir le virus Ebola.
Mr Boubacar taran Diallo proviseur du dit lycée ne cache sa peine: « notre problème réside à ce niveau car à  nous seul la direction nous ne pouvons avoir de l’eau. Le manque d’eau est crucial ici c’est la raison qui nous a poussé a demandé à l’association des parents et amis de l’école (APAE) de nous venir en aide. Grace à cela, deux à trois femmes nous apportent  chaque jours des sceaux ou bidons d’eau ».
Le constat est le même partout. Au marché de koubia, les femmes se sont misent a exprimé leur désolations face à cette situation  à notre arrivé sur les lieux, et demande une aide substantielle.
La guinée est pourtant le château d’eau de l’Afrique de l’ouest mais le besoin en eau se fait ressentir de plus belle dans le pays alors il est donc plus que nécessaire que ce problème soit résolu pour de bon et aussi pour le bonheur des populations de Koubia et de la guinée en générale.

A suivre!

Aicha Tounkara

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top