Economie

Fermeture des Vannes du Barrage de Souapiti : importantes précisions du Ministre de l’Energie

C’est un ministre de l’Energie optimiste et confiant qui a procédé à la fermeture officielle des vannes du barrage hydroélectrique de Souapiti, le lundi, 26 août 2019. En compagnie de son collègue de la Communication Amara Somparé, de l’Administrateur Général d’EDG Abdenbi Attou, en présence de plusieurs cadres du Ministère de l’Energie et les différents responsables du projet d’aménagement de Souapiti.

Au cours de cette cérémonie, Docteur Cheick Taliby Sylla, en bon orateur a campé l’objet de cette opération, pour que tous les guinéens soient édifiés.
Dans la foulée, il a insisté pour une meilleure compréhension de l’opinion nationale et internationale.
« La fermeture des vannes veut dire que dans la construction du barrage, on a atteint le point de non-retour. Le compte à rebours a commencé pour la fin des travaux du barrage.
Les côtes qui sont atteintes déjà ont dépassé les côtes programmées. C’est ce qui permettra de voir le temps de la première mise à l’eau, comment l’ouvrage se comporte. Avec les appareils d’auscultation incorporés dans le corps du barrage, cela permet de connaître exactement le niveau de l’infiltration et l’équilibre physique de l’ouvrage.
Il permet aussi d’accumuler suffisamment d’eau, nous sommes en période humide, cette première phase permettra de stocker 1 milliard 600 millions 300 mille mètres cubes d’eau, sachant que la mise en eau continuera. Parce que bien que nos fleuves ne soient pas réguliers, surtout en saison sèche, mais l’arrivée du débit va continuer à faiblir après la saison sèche ; mais, l’accumulation continuera. Il faut retenir que six milliards trois cent millions de mètres cubes d’eau seront accumulées dans cette retenue.
C’est une activité non seulement conventionnelle, mais obligatoire. Parce que si on ne met pas de l’eau dans la retenue, on ne pourra pas faire fonctionner les turbines ».
Cette fermeture entraine- t- elle des conséquences allant aux délestages du courant électrique au niveau de la ligne interconnectée Conakry-Labé ?
Le Ministre rassure que les mesures idoines sont prises par l’Administration Générale d’EDG pour atténuer lesdites perturbations
Avec un réalisme patent et un optimisme de premier ordre, Docteur Cheick Taliby Sylla explique et rassure : « vous avez vu avec la fermeture qu’on a effectuée, quelques minutes après, on est venu à Kaléta, le niveau d’eau avait chuté. On a trouvé les trois turbines qui étaient en train de tourner mais avec un débit diminué.
En moyenne, on était autour de 170 mégawatts alors qu’en plein temps, c’est 220, 230 voire 238. Aujourd’hui, ça va diminuer parce que tout simplement la quantité d’eau qui a l’habitude d’arriver sur Kaléta va être réduite. Ce qui va provoquer des faiblesses dans la production de l’énergie.
Qu’à cela ne tienne, toutes les centrales disponibles à Conakry vont être lancées à partir d’aujourd’hui pour pouvoir combler ce déficit.
Il y aura à peu près 50 à 60 mégawatts de déficit ; et, EDG sera dans l’obligation de délester. Nous avons à cet effet un grand espoir qu’avec la pluie qui tombe énormément dans la zone, le niveau d’eau va remonter au plus vite. Donc, peut-être dans une semaine, ce problème de délestage sera un lointain souvenir »
A noter que le projet avance à grands pas à voir de près, les hauteurs du barrage sont à 100 mètres du sol. Les travaux de Génie Civil sont à 90% ; la composante Hydromécanique est à 55% ; pour un avancement global de 85%. Une avancée considérable !
Revigoré par la gestion et l’entretien des équipements du barrage hydroélectrique de Kaléta. Docteur Cheick Taliby Sylla fera prévaloir sa joie pour l’œuvre accomplie en sous peu de temps.
Par la Cellule de Communication du Département

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top