Actualité

Labé : atelier de formation des acteurs de la filière fonio sur les techniques culturales et le calendrier agricole

Les acteurs de la filière fonio composés essentiellement des services techniques déconcentrés (STD) et des membres de la coopérative régionale venus particulièrement des préfectures de Koubia, Koundara, Labé, Lélouma, Mali et Tougué ont participé à Labé à un atelier de formation sur les techniques culturales et le calendrier agricole, rapporte votre quotidien en ligne echosdeguinee.net, le vrai visage de l’actualité.

Cette session de formation des acteurs de la filière fonio de la Région Administrative (RA) de Labé et de la préfecture de Koundara financée par la Fondation OSIWA, a été initiée par l’Université Mahatma Gandhi, en partenariat avec le Centre Africain de Formation pour le Développement (CENAFOD).
Selon monsieur Malick Soumah, assistant du coordinateur du projet fonio Siyama, cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des mécanismes d’accompagnement et d’encadrement des acteurs de la filière fonio à la base.
« Nous sommes à Labé pour voir comment partager et structurer cette filière au sein des organisations paysannes. Nous avons 31 participants composés essentiellement des directeurs préfectoraux de l’agriculture de Labé, Lélouma, Mali, Tougué, Koubia et Koundara. A côté des techniciens spécialisés en cultures vivrières et maraîchères ainsi que les membres de la coopérative régionale » a-t-il expliqué.
Il est vrai que la Région Administrative (RA) de Labé compte 5 préfectures mais pour une question stratégique la plateforme multifonctionnelle va être basée à Koundara, précisément dans la sous-préfecture de Sambaïlo.
« Ce qui fait que depuis que nous avons commencé ce processus, Koundara est annexé à la Région Administrative (RA) de Labé » a précisé monsieur Malick Soumah.
Cette rencontre de Labé s’est déroulée dans un processus participatif parce que les organisateurs voulaient que les participants s’approprient du programme.
« Nous travaillons dans le cadre d’un projet qui a un début et une fin. Nous voulons vraiment que les structures de l’Etat qui sont pérennes s’approprient et se positionnent en termes d’appui et d’accompagnement de la filière fonio dans la région. C’est ce qui fait que chaque fois que nous organisons une rencontre, nous faisons invitons les agents des structures de l’Etat aux niveaux régional, préfectoral et local pour qu’ils s’approprient réellement du processus en cours » a-t-il ajouté.

Diallo Idrissa pour echosdeguinee.net

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top