Actualité

Santé: Labé enregistre ses premiers cas du virus Ebola

Ébola à Labé : « Si la communauté accepte dans les 21 jours, nous allons déclarer Labé indemne d’Ébola », prédit  Docteur Mamadou Oudy Bah

 

Deux cas d’Ébola ont été confirmés dans la sous-préfecture de Popodara, district de Sambayabhé, préfecture de Labé. Le père d’un nouveau-né dont la mère a été emportée par le virus a été l’une des premières personnes confirmées suivi de la grand-mère du nouveau-né qui lui, n’a pas survécu.

Suite à l’analyse du prélèvement effectué sur les deux patients acheminés au laboratoire Donka  à Conakry, les deux cas ont  été confirmés positif à Ébola. Les deux personnes atteintes du virus ont, selon le directeur été dissimulées par les populations de ladite localité causant ainsi une lenteur dans le diagnostic de la maladie.
Docteur Houdy Bah directeur régional de la santé de Labé explique. « La semaine dernière nous avons été alertés  qu’il y a une famille revenant de Conakry originaire de Popodara plus précisément dans le secteur Sambayabhé. Elle était [la famille] revenue avec un nouveau-né qui a perdu sa mère des suites d’Ébola à Conakry. Dans l’intervalle de trois à quatre jours, l’enfant meurt. C’est ainsi que l’entourage constate que le père et
la grand-mère de l’enfant ne se portaient pas bien. Et tousles deux présentaient des symptômes semblables au virus Ébola.
 Allerté, le directeur préfectoral de la santé et son équipe sont allés au constat. Mais malheureusement la famille a essayé de brouiller la piste en disant que le jeune était en bonne santé et qu’il est allé au marché pour charger son téléphone et la vieille était aussi en ville ». Déplore-t-il.
Face à la réticence des uns et des autres, la notabilité et les autorités de la région ont été utilisées pour convaincre la famille d’accepter de livrer les  deux malades.
« Le deuxième jour, j’ai été alerté à partir de Conakry que le jeune était sur place et qu’il est toujours malade. C’est en ce moment qu’on a mobilisé tout une équipe pour nous rendre une nouvelle fois dans le village afin de rencontrer les autorités de la localité. La famille a finalement accepté et nous avons effectué des prélèvements sur les deux patients que nous  avons  aussitôt expédié sur Conakry. C’est hier 20 décembre 2014 à 17 heures qu’on nous a annoncé que les deux échantillons sont positifs. Il y avait déjà une ambulance qui était prédisposée pour les évacuer au centre de traitement de Donka. Ils sont déjà arrivés».

À en croire à ses propos la chaîne de contamination serait longue, car le diagnostic a connu un grand retard. Néanmoins dira-t-il, l’espoir est permis pour circonscrire la maladie : « Nous sommes en train de nous préparer maintenant pour aller au village, pulvériser les habitations et recenser tous les contacts. Parce que nous devons tout faire pour que toutes les personnes qui ont participé à l’enterrement du nouveau-né, venues rencontrer la famille et les médecins qui ont participé aux soins du jeune et de la maman soient rapidement retrouvées pour être suivies pendant les 21 jours .Si la communauté accepte dans les 21 jours, nous allons déclarer Labé indemne d’Ébola. Mais tout de même, il semblerait qu’il y a aussi une clinique privée dans la zone dont le responsable est connu par tout le monde à ce niveau-là il n’y a pas de hic, parce que c’est facile de les surveiller ». Soutient-il.

Dans cette lutte, il reconnaît à demi-mots que la tâche s’annonce difficile   : « Là où nous aurons des difficultés, c’est au niveau de la famille. Parce que seule, la communauté pourra nous orienter vers les personnes ayant été en contact avec les deux cas confirmés car nous devons obligatoirement les suivre ».Conclut-il.
Après ces deux cas confirmés d’Ébola dans la région administrative de Labé, l’on se demande à quand une véritable action de riposte du gouvernement contre le virus Ébola ,qui  a fait depuis son apparition plus de 6 000 morts dans les trois pays touchés.

Sally Bilaly Sow
 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top