Actualité

Littérature : présentation d’un livre qui retrace les violences politiques en Guinée

Le livre « Mémoire Collective des violences politiques en Guinée » a été présenté hier mardi à Conakry. La dédicace a eu lieu dans la salle de congres du palais du peuple devant un public massivement mobilisé. L’histoire racontée dans ce livre est loin de faire l’unanimité comme en témoigne les incidents enregistrés lors de la cérémonie.

L’œuvre de 354 pages qui retrace l’histoire des soubresauts politique en Guinée a été présentée devant une foule nombreuse. Parmi elle, des hautes personnalités dont le ministre Gassama Diaby qui a représenté le gouvernement, le chef de file de l’opposition.

Ce sont des journalistes de la RFI, des défenseurs des droits de l’Homme et des historiens de plusieurs nationalités, qui ont unis leurs efforts pour matérialiser ce projet. Le ministre de l’Unité Nationale et de Citoyenneté Gassama Diaby conscient de la division des guinéens sur l’histoire de leur pays a fait savoir que ce livre « n’est pas la vérité absolue». Un avis partagé les auteurs. Pour eux, il s’agit d’une contribution pour aider la Guinée. « Le problème des violences politiques c’est qu’elles cristallisent la mémoire. Tant que l’on n’a pas résolu ce problème de la mémoire des violences politiques, on ne parvient pas à avancer, on ne réussi pas à faire une histoire culturelle, une histoire musicale. En tout cas, pour nous, il semblait pertinent de travailler sur cette histoire de violences politiques. Nous nous sommes dit que souvent, on a besoin d’être aidé par un regard extérieur sur des sujets qui peuvent être difficiles. Par exemple, les Français ont eu énormément du mal à écrire l’histoire de la guerre d’Algérie. Ce sont des historiens américains ou anglais qui ont pu apporter un regard neuf sur ces époques. Alors, nous nous sommes dit que nous avions peut-être une contribution à apporter sur ce sujet », rassure Laurent Koro, rédacteur en chef RFI Afrique, co-auteur du livre.

Le contenu de ce livre n’est pas du goût de certains citoyens. C’est le cas du compagnon de l’indépendance Elhadj Biro Kanté qui a pointé du doigt le chapitre qui parle du régime de Sékou Touré.

Mamadou Bhoye Bah

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top