Actualité

Message de nouvel an 2019 : l’UMP regrette la misère de son peuple et la cause profonde des souffrances des guinéens (vidéo)

En formulant les meilleurs vœux de nouvel an 2019 à ses compatriotes, le président de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), Boubacar Siddighy DIALLO regrette la misère de son peuple et la cause profonde des souffrances des guinéens, rapporte un correspondant de votre quotidien en ligne echosdeguinee.net à Labé.

Le président de l’UMP, Boubacar Siddighy DIALLO a délivré son message de nouvel an 2019, ce 31 décembre 2018, à Labé où il est en séjour pour des raisons de famille. Exclusivité !

Mesdames et Messieurs
Chers compatriotes !
Une nouvelle année s’annonce ;
Un nouveau défi s’ajoute aux autres non encore relevés ;
De nouvelles inquiétudes viennent pendant que s’ouvrent de nouvelles perspectives ;
Donc l’espoir d’une nouvelle ère est attendu dans un contexte de crise récurent et de souffrance collective.
Devant cette situation complexe et confuse, un constat s’impose pour faire une analyse exhaustive de la situation de notre pays. Un constat qui doit plutôt nous réveiller que de nous diviser davantage.

Chers compatriotes !
Après 60 années d’indépendance que nous disons assumée, notre pays reste marqué par de profondes carences dû à une gestion calamiteuse des différents gouvernements de 1958 à nos jours. Tous les secteurs d’activités sont au-dessous du seuil de la normale. La situation économique et sociopolitique se trouve négativement endommagée par l’effet néfaste d’un antagonisme criminel entre acteurs politiques d’une part et d’autre part par l’incompétence, l’irresponsabilité et l’improvisation dans la gestion des pouvoirs publics de nos différents dirigeants.
1. La justice
2. L’éducation
3. La santé publique
4. Les forces de défense et de sécurité
5. Les mines
6. Les transports et travaux publics
7. Les services fiscaux et douaniers
8. La gouvernance
9. L’environnement
10. La gestion des administrations communales
11. Le fonctionnement des institutions publiques et politiques
12. L’habitat
13. Les services sociaux de base
14. L’énergie
15. Les coordinations régionales

L’ensemble de ces problèmes et insuffisances constitue la misère de notre peuple et la cause profonde de nos souffrances qui ont fini par créer un autre type de guinéen plein de colère, de haine et d’intolérance dont le seul refuge se traduit dans l’expression d’une politisation sauvage et tribale de la majeure partie des citoyens à côté d’une minorité abusée, troublée et contrainte à la résignation et au fatalisme. La quête du quotidien et l’incertitude du lendemain font que le guinéen ne vit pas, il survie. Il n’existe pas, il subsiste. La situation catastrophique de notre économie, de notre système de sécurité, du manque d’emploi pour garantir des revenus durables à nos citoyens ont fini par nous faire porter ce lourd fardeau de la misère couplé de la privation constante des droits et libertés fondamentales dans un Etat où le citoyen n’a aucun recours. Un tel Etat, est universellement convenu d’appeler, dans le contexte actuel : « Etat fragile » ou « Etat sauvage ».
Ce constat, loin d’être exhaustif, est la résultante des efforts cumulés de nos dirigeants pour la plus grande part et subsidiairement des effets de notre classe politique en général.
Dans notre pays et de tous les temps, l’Etat s’est toujours donné comme préoccupation fondamentale d’affaiblir voire écraser toute opposition politique pendant que celle-ci se bat au quotidien, non pas pour contribuer au débat du développement, proposer des solutions en priorité, mais se résume à s’opposer, comme son nom l’indique, à toutes les actions des gouvernants.
Ce constat doit nous interpeller à redéfinir la notion d’opposition politique et à préciser et rappeler le rôle d’un gouvernement dans un Etat civilisé et respectueux des valeurs de la République. Ce constat nous permettra à coup sûre à la nécessité et aux moyens de parvenir ensemble à l’édification d’un Etat de droit à l’instar des autres pays de l’Afrique qui l’ont réussi depuis des décennies.

Chers compatriotes !
Le développement est la résultante de la paix et du travail dans la justice et la solidarité. Tel est le nouveau défi qui nous attend pour l’année 2019.
Au nom du parti de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP), je vous souhaite les vœux de bonne et heureuse année 2019.
Que Dieu bénisse la Guinée et les guinéens ! Amine.

 

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top