Actualité

Sale temps pour le procureur de Labé : des condamnés à une peine de réclusion criminelle en 2017 organisent une attaque à mains armées

Les sieurs Mamadou Bano Sow, Mamadou Saliou Diallo et Mamadou Cellou Sow qui avaient tous été jugés et condamnés à 12 ans de réclusion criminelle chacun par le Tribunal Correctionnel de Labé, le 27 mars 2017, sont soupçonnés d’avoir perpétrés une attaque à mains armées, dans la nuit de mardi à mercredi, 13 juin 2018, à Tountouroun, commune rurale située à 15 km, au Nord du chef-lieu de la préfecture, a appris votre quotidien en ligne echosdeguinee.net de sources concordantes.

Zézé Béavogui, Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Labé

Cette mauvaise nouvelle qui fait actuellement le tour de la région préoccupe et inquiète plus d’un citoyen avec le sentiment de se retrouver ainsi dans une situation d’insécurité totale. C’est le cas du président du Tribunal Correctionnel de Labé, Koly Kémo Camara qui a prononcé ce jugement du lundi, 27 mars 2017.
« Si cette libération est confirmée, moi-même, je suis inquiets pour ma propre sécurité. Quand j’apprends que des personnes que j’ai jugées et condamnées à 12 et à 20 ans de réclusion criminelle sont en liberté, je ne peux pas être à l’aise » a-t-il confié.
Au cours de l’entretien qu’il a accordé à des journalistes de la presse locale dont votre quotidien en ligne echosdeguinee.net, ce magistrat a tenu à préciser qu’après le jugement prononcé, le reste est géré par le procureur près le Tribunal de Première Instance de Labé, Zézé Béavogui.
Malheureusement, ce représentant du Ministère Public dans la Juridiction de Jugement de Labé n’a pas voulu se prêter aux questions de la presse locale dont les reporters sont venus en nombre dans les locaux du parquet pour vérifier l’information qui plonge l’opinion locale dans une psychose générale.
Par ailleurs, un tour à la maison centrale a permis à vos serviteurs d’avoir le cœur net que c’est le procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Labé, Zézé Béavogui, mis en cause dans cette affaire, qui a tous les pouvoirs d’ordonner l’incarcération et/ou la libération d’un détenu. Le régisseur des lieux, Capitaine Zaoro Albert Balamou est catégorique: « je ne peux rien vous dire sans l’accord de mon procureur.» C’est tout dire sur la responsabilité de cet empereur des poursuites à Labé, qui aura du mal à convaincre de son innocence devant une opinion locale plus que sceptique.
Revenant sur l’attaque à mains armées perpétrée, mercredi, 13 juin 2018, aux environs de 2h du matin, dans la sous-préfecture de Tountouroun, les présumés bandits auraient emportés une forte somme d’argent dépouillée aux passagers d’un véhicule de transport en commun en provenance du Sénégal pour la préfecture de Mali.
Ces coupeurs de route actuellement en cavale appartiendraient à la bande à Mamadou Tanou Diallo, ancien militaire de l’armée guinéenne qui avait lui aussi été jugé par défaut et condamné à 20 ans de réclusion criminelle, parce qu’il était accusé d’avoir recruté et formé ceux qui ont perpétré l’attaque de Tountouroun. Il semble que par rapport à son âge, ses disciples sont des enfants.
Il roulerait sa bosse actuellement entre la Gambie et la Sierra-Léone depuis que le jugement du 27 mars 2017 est tombé. Dossier à suivre!

Idrissa DIALLO pour echosdeguinee.net

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top