Actualité

Scandal : quand Elie Kamano se ridiculise ou annonce qu’il a menti pour gagner un prix

Le hastag parler comme Elie aura été celui que les internautes ont beaucoup utilisé ou vu ces dernières 24h. Tout est parti d’un poste de l’artiste Elie Kamano sur sa page facebook indiquant qu’il a eu la chance de parler avec Sékou Touré au téléphone par le biais de son papa, pilote du père de l’indépendance de la Guinée. Seul bémol mais qui a retenu l’attention de plus d’un internaute, Sékou Touré est mort en 1984 alors que le Marchal comme il se fait appelé est né la même année selon sa biographie.

Les gens s’interrogent alors par quel miracle il a bien pu échanger quelques mots au bout du fil avec le camarade Sékou Touré, ex président de la Guinée?

Les internautes décident alors de créer le #parler_comme_Elie pour se moquer de l’auteur du titre « pardonner ».

Vu l’ampleur de la situation, il décide alors de briser le silence afin de laver son honneur. L’artiste accorde ainsi des interviews à des journalistes auxquels il dira ceci : « En 2006, lorsque j’ai sorti mon album, mon manager et moi avons voulu le vendre. Et c’est à cette année que j’ai postulé pour le Prix Découvertes RFI. Ils avaient donc besoin de biographie, mon manager m’a alors dit qu’ils vont me présenter comme étant le plus jeune espoir du reggae africain. C’est ainsi qu’ils ont modifié ma date de naissance ».

Ce qui donc laisse croire qu’il a probablement dit vrai en ce qui concerne sa publication sur la conversation téléphonique avec le président à l’occasion de la date anniversaire de la disparition de ce dernier.

Par contre, il n’est pas sorti de l’auberge à travers cette sortie médiatique. Car il laisse entendre qu’il a modifié des documents pour en tirer avantage en postulant pour le prix découverte rfi avec une fausse date de naissance. Ce qui est naturellement passible de poursuites judiciaires.

Par cette sortie, le maréchal règle un problème mais en créé un autre si toutefois rfi décidait d’intenter une action contre lui au pire des cas, mieux, il a terni son image auprès de l’opinion qui avait jusque-là un respect pour l’homme pour son engagement. Comme pour dire, la vérité finit toujours par jaillir.

Mamadou Bhoye Bah

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top